La chirurgie de la cataracte : Les implants

La chirurgie de la cataracte : Les implants2020-06-16T13:58:30+00:00

Les différents types d’implants :

  • Implants monofocaux et monofocaux toriques
  • Implants à profondeur de champ améliorée (EDOF)
  • Implants multifocaux bi ou tri focaux

Les implants monofocaux :

Ils sont en général calculés pour la vision de loin, ils ne permettent pas la vision rapprochée ou la vision de près. Il faut par conséquent leur associer systématiquement une correction, au minimum en vison de près et le plus souvent des verres progressifs. Ces implants existent en version toriques pour la correction de l’astigmatisme.

Dans le cas particulier des myopes forts, il est fréquent de proposer de laisser une petite myopie (-2,50 D ou -3,00 D) pour favoriser la vision de près sans lunettes ce qui permet de respecter la physiologie de ces yeux. La correction totale est aussi possible.

Les implants à profondeur de champ améliorée (EDOF) :

Ces implants représentent une proposition plus récente. Ils sont performants en vision de loin et en vision intermédiaire. La vision de près est plus limitée et nécessite parfois l’emploi d’une correction additionnelle en lunettes pour les caractères les plus petits. Il est néanmoins souvent possible de lire un journal avec un éclairage correct.

Ces implants ont l’avantage d’offrir une multifocalité avec peu d’inconvénients. En particulier, ils ne provoquent pas de diminution de la sensibilité aux contrastes et la sensation de halos est modérée et dépend du type d’implants.

Ces implants existent en version toriques pour la correction de l’astigmatisme.

3 types d’implants :

Edof (Extended Depth Of Focus) monofocaux :

Ex : Johnson and Johnson Eyehance

Il s’agit d’implant monofocaux avec asphéricité antérieure permettant une augmentation de la profondeur de champ. Leur performance en vision de près est limitée mais leur tolérance est très bonne.

Réfractifs :

  • Ex : Topcon  Lentis comfort  MF 15 (addition +1,25 au plan lunettes)

image001

Implant hydrophile à revêtement hydrophobe, à zone d’addition sectorielle en face postérieure, existe en torique (pour les astigmates)

Avantages : bonne vision intermédiaire, pas de diminution de la sensibilité aux contrastes, pas de halos

Inconvénients : vision de près limitée et nécessité de porter une correction pour les petits caractères de +1,25D

 

EDOF Diffractifs :

Ex : Johnson and Johnson :  Symfony  et Johnson and Johnson Synergy

Diffractif postérieur, hydrophobe, asphérique

image004

Avantages : bonne vision intermédiaire, vision de près un peu limitée et variable d’une personne à l’autre, pas ou peu de diminution de la sensibilité aux contrastes

 

Inconvénient: sensation de halos surtout nocturnes et sur les sources de lumière ponctuelles. Ces halos sont perçus par 30 à 40 % des porteurs, génants à très génants pour environ 20% avec régression dans les 4 mois pour la majeure partie des porteurs et persistance pour 5%. Il est dans de très rares cas nécessaire d’explanter.

 

Les implants multifocaux  :

Implants diffractifs :

Ils utilisent les propriétés ondulatoires de la lumière pour partager les rayons sur plusieurs foyers. Une des deux faces de l’optique comporte l’équivalent de marches dont la largeur et la hauteur conditionnent respectivement le degré d’addition et la répartition de la lumière attribuée à chaque foyer. L’apodisation de certains implants est un procédé qui permet de moduler la répartion de la lumière en fonction du diamètre pupillaire, avant tout pour préserver la vision de loin en condition scotopique. L’ajout d’une asphéricité est aussi un procédé permettant d’améliorer la qualité de la vision de loin.

Les implants les plus représentatifs de cette catégorie sont :

  • Johnson et Johnson Tecnis multifocal , hydrophobe, existe en torique
  • Trois additions possibles au plan lentille : +2,75 (ZKB00),  +3,25 (ZLB00), +4 (ZMB00)

 

image006

 

  • Zeiss AT Lisa, hydrophile à surface hydrophobe, apodisé, addition +2,8 au plan lunettes
  • Il existe en version trifocale AT Lisa tri 839 MP

image007

  • Alcon Restor : hydrophobe, asphérique et apodisé. La périphérie de l’optique est réfractive. Addition +2,00 à +4,00 au plan lunettes

image009

  • Physiol Fine Vision trifocal, hydrophile, diffractif antérieur, asphérique, apodisé, trifocal associant deux réseaux diffractifs +1,74 et +3,5

image011

  • Alcon Panoptix quadrifocal à trois réseaux, hydrophobe

image012

 

Implant Réfractif :

  • Topcon oculentis MF30

 

Le choix :

Le choix de l’implant fait suite à une discussion éclairée avec le patient. Il est nécessaire de connaître les habitudes de vie, les occupations professionnelles ou les loisirs.

La réfraction pré opératoire est un critère décisionnel important ainsi que les pathologies associées éventuelles.

Il faut évaluer autant que possible les capacités à accepter certains effets optiques potentiellement gênants selon les conditions.

Les besoins croissants en vision intermédiaire (ordinateurs, tablettes, smartphones) sont à prendre en compte.

Schématiquement, voici par ordre de fréquence de pose, les implants que j’utilise:

Implant monofocaux : myopes forts, pathologies associées (DMLA, glaucome évolué…)

Implant monofocaux EDOF : Tout patient hors pathologie associée sévère

Implant EDOF multifocaux : Tout patient, hors pathologie associée qui souhaite pouvoir vivre sans lunettes la majorité du temps (80%), pour qui la vision intermédiaire est importante et capable d’accepter les risques de halos nocturnes. Bien adapté aux hypermétropes.

Implant multifocaux : Hors pathologie associée, patient qui souhaite pouvoir éviter les lunettes avec la nécessité d’une bonne vision de près. Souvent des patients lecteurs. Adapté aux myopes qui veulent conserver leur vision de près sans correction.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies ou autres traceurs pour réaliser des statistiques de visites. Ok